ALTAÏR LE NEZ DANS LES ETOILES

ALTAÏR LE NEZ DANS LES ETOILES

Travaux à bord

Depuis notre retour il y a eu les fiestas de fin et début d'année, mais aussi les menus travaux quand le mauvais temps nous en laisse le loisir.

 

Mauvaise surprise quand on découvre de la corrosion sur un endroit de la coque refait à neuf, vas y que je te gratte à la disqueuse, et peinture au zinc. Pas grave.

 

Le radar en panne, bon il avait bon caractère le pauvre de se faire secouer pendant 3 jours et 3 nuits dans la calla Figuera sans exploser.

 

Mais bon, le mat avait tenu bon à l'horizontale. Aussi, l'antenne radar avait suivi pour ne pas être en reste.

 

Une accalmie ces jours- ci me permet de commencer les travaux de la plage arrière, en bois d'arbre comme avant! 

 

 

 

De l'Iroko du Congo, tient! cela me rappelle ma première mission là bas en 2006 où j'avais passé les fêtes de fin d'année en mer, sur une plateforme pétrolière pour la première fois de ma vie à 56 ans.

 

Sympathique quand j'y  repense, ce contact  étroit avec les Congolais qui travaillaient avec moi, de sacrés bosseurs, quoi que l'on en dise. Ils m'en ont appris pas mal.

 

Mais bon, le pillage continue des bois précieux par la Chine entre autre, je pestais de voir ces énormes billes de bois de deux mètres de diamètre, ces géants centenaires partir pour je ne sais où.

 

En tout cas j'en aurai un peu sur ALTAÏR.

 

Sur le bateau, j'avais plein de masques traditionnels que j'avais acheté là bas, depuis le naufrage avec Marie on les a décrochés. C’était des masques de la brousse qui avait dansés, ils ne nous ont pas protégés.

Bon! c'est peut être de la superstition, mais on n'aurait  pas du! qui sait! Alors ils sont dans un coin.. Cadeaux futurs pour les amis.

 

 ENFIN COUPER LES RACINES

 

 

 

 



30/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres